Sélectionner un projet :

Dynamique des populations

Responsable : Arnaud BECHET (Voir le CV)

Contexte: 

Les espèces animales des zones humides méditerranéennes réagissent inégalement aux changements globaux.
 
Les espèces qui en bénéficient (ex. : flamants, spatules, ibis) sont, malgré tout, souvent dépendantes d’une gestion locale interventionniste coûteuse en eau et en énergie, pouvant favoriser l’installation d’espèces introduites proliférantes. Une gestion également en contradiction avec des objectifs plus globaux de conserver la spécificité méditerranéenne de ces habitats et économiser l’eau dans des pays où cette ressource est très limitée.
 
A terme, cette gestion peut également être mal perçue socialement (ex. incursions des flamants dans les rizières).
 
Pour ce qui est des espèces perdantes dans ce contexte, les paramètres démographiques expliquant la dégradation de leur statut ne restent que partiellement identifiés (ex. : anguille, goéland railleur) ce qui ne permet pas d’agir efficacement pour enrayer leur déclin.
 
Les mécanismes impactant proviennent des changements globaux (dégradation des habitats, changements climatiques, compétition avec des espèces exotiques, etc.), des pratiques de gestions productivistes (incluant la surexploitation), des conflits d’usages et de préconisations de gestion selon les espèces et les habitats visés.
 

OBJECTIF PRINCIPAL

 
Une meilleure résilience des espèces face aux changements globaux tout en conservant leur adaptation à l’imprévisibilité des conditions hydrologiques et climatiques caractéristiques de la région méditerranéenne.
 
Les objectifs sur le terrain :
  • Diagnostiquer des problèmes de conservation d’espèces, en détectant des tendances défavorables et en identifiant les causes
  • Tester des modes de gestion plus favorables (habitats, stocks disponibles, niveau d’exploitation tolérable…) ou de contrôle d’espèces
  • Répondre à des demandes sociétales (espèces à risque, provoquant des nuisances…)

 

Activités: 

1 - Analyses démographiques de populations et métapopulations par des études de capture-marquage-recapture et de génétique des populations (notamment flamants roses, pélicans, goélands railleurs, ibis falcinelles, spatules blanches, cistudes, anguilles, truites marbrées). Cet axe s’emploiera à s’orienter également vers d’autres espèces que les oiseaux, en priorité les poissons pour lesquels les enjeux sont majeurs dans les zones humides méditerranéennes et qui sont probablement de meilleurs modèles pour tester les changements climatiques.
 
2 - Suivis à long terme de la biodiversité en Camargue (en particulier communautés d’oiseaux, poissons, amphibiens, reptiles...). Cet axe a la responsabilité de maintenir ces suivis en place depuis plusieurs dizaines d’années (hérons, laro-limicoles, flamants, canards...) et d’élargir les suivis en s’appuyant sur des réseaux d’observateurs (naturalistes, chasseurs, touristes...) et de les transférer. Le travail s'appuie sur le développement de nouveaux outils (voir ci-dessous). Il s’agit également de profiter de la manipulation annuelle de milliers d’individus de différentes espèces pour constituer des banques de tissus (plumothèques…) qui permettront d’envisager d’autres approches sur le long terme (génétique, isotopes, polluants, parasites....).
 
3 - Développement d’outils permettant la gestion, l’analyse, la captation, la mise en réseau et la restitution de données. Deux axes complémentaires seront développés :
faciliter la gestion de jeux de données importants, qui requièrent standardisation et uniformisation des données ; l'archivage et la sécurisation des bases de données ; le recoupement et les analyses de bases de données issues de disciplines et de méthodes différentes
potentialiser la collecte de données naturalistes en développant des interfaces sur internet permettant la saisie de données, proposant des protocoles de suivis standardisés d'espèces et de communautés et restituant les résultats de ces études.

Autres réalisations: