Actu 3 : Des chevaux pour arracher les filaires à la Tour du Valat

L’une des opérations prioritaires du plan de gestion 2011-2015 du domaine de la réserve régionale de la Tour du Valat concerne la préservation des pelouses sèches, un habitat considéré comme prioritaire au titre de la Directive européenne Habitats Faune Flore.

Ces dernières sont en effet de plus en plus colonisées par la Filaire à feuilles étroites (Phillyrea angustifolia), un arbuste caractéristique de la garrigue méditerranéenne. Plusieurs facteurs expliquent cet envahissement : diminution très importante de la présence du Lapin de garenne en Camargue depuis quelques années, pression de pâturage et type d’animaux (bovins) non adaptés pour contrôler cet arbuste, etc. La fermeture à terme de ces pelouses menace leur diversité floristique exceptionnelle, ainsi  que certaines espèces d'animaux caractéristiques qui les utilisent à un moment de leur cycle (Pélobate cultripède, Lézard ocellé, Cistude d’Europe, Diane, Pipit rousseline, etc).

Un programme d’action a donc débuté cet hiver, dans le cadre d’un projet financé par la Fondation du patrimoine. L’une des opérations phare était l’arrachage d’arbustes par des chevaux de trait. Pour mener cette expérimentation, La Tour du Valat a fait appel à la société Arbocime, spécialisée en débardage à cheval et située au pied du Luberon. Les deux chevaux de traits du Nord, Toxane et Ildie, ont ainsi arraché près de 2000 arbustes en 13 journées de travail, parfois sous des conditions particulièrement difficiles (neige notamment).

Ces opérations, qui ont vocation à être reconduites à l'avenir, se sont avérées efficaces et avantageuses. L'utilisation de chevaux plutôt que d'un tracteur pour l'arrachage des filaires présente en effet l'intérêt notable de beaucoup moins abîmer les pelouses fragiles par effet d'écrasement, et ce sans polluer.

 

 

Avec le soutien de la Fondation du patrimoine