Revue : Agriculture, Ecosystems and Environment

A cost-benefit analysis of rice field winter flooding for conservation purposes in Camargue, Southern France

Auteurs :

Niang A., Pernollet C. A.* , Gauthier-Clerc M., Guillemain M.

* Auteur correspondant : Claire Pernollet

Résumé :

Les plants de riz contiennent un taux élevé de silice, qui empêche l'utilisation de la paille de riz en tant que sous-produit compostable à l'instar du blé et de nombreuses autres cultures. La pratique post-récolte la plus répandue dans les rizières françaises est de brûler puis labourer les champs. L'inondation hivernale des champs récoltés pourrait avoir des avantages agronomiques et environnementaux, mais la profitabilité économique d'une telle pratique n'avait jusque là jamais été évaluée.

Nous avons mené une analyse du ratio coûts-bénéfices de six scénarios agronomiques durant la période hivernale d’interculture, considérant tant l’échelle de l’exploitation agricole individuelle que la société dans son ensemble. Tous les scénarios étaient économiques réalistes pour l'agriculteur (bénéfices B supérieurs aux coûts C ; B/C > 1), à l'exception de l'actuel scénario brûlage-labour qui était juste en-dessous de l'équilibre économique (B/C = 0,93). La récolte du riz dans des rizières inondées s'est avérée être le scénario le plus bénéficiaire, en permettant d'économiser les coûts de pompage.

Des résultats identiques se retrouvent à l'échelle de la société, pour laquelle le brûlage-labour est de nouveau clairement inacceptable (B/C = 0,73), principalement du fait des émissions de gaz à effet de serre et de l'absence de bénéfices écosystémiques favorisés par l'inondation des rizières. La récolte du riz dans des conditions d'inondation et le maintien de l'eau dans les rizières ensuite est l'option la plus profitable, et le reste au terme de notre analyse de sensibilité. L'inondation des rizières facilite davantage la décomposition de la paille et des graines que le brûlage-labour, et favorise un éventail de bénéfices environnementaux dont la fourniture de vastes gagnages pour les oiseaux d'eau hivernants. Nos résultats suggèrent que l'inondation post-récolte des rizières en France est une pratique économiquement réaliste pour les agriculteurs, et la plus intéressante pour la société.

Référence bibliographique complète :

Niang A., Pernollet C.A., Gauthier-Clerc M., Guillemain M. 2016. A cost-benefit analysis of rice field winter flooding for conservation purposes in Camargue, Southern France. Agriculture, Ecosystems & Environment 231:193–205. doi: 10.1016/j.agee.2016.06.018