Actu 6 : De nouveaux jeunes chercheurs à la Tour du Valat !

L'équipe des chercheurs de la Tour du Valat s'est renouvelée de façon conséquente depuis 2014, avec l'arrivée de trois nouveaux chargés de recherche au sein du département "Conservation des espèces".

C'est tout d'abord Marion Vittecoq, docteur en écologie qui avait mené sa thèse à la Tour du Valat sur la thématique des "Maladies infectieuses émergentes au sein des zones humides méditerranéennes dans le contexte des changements globaux" (voir la thèse), qui a rejoint l'équipe début 2014 en remplacement de Michel Gauthier-Clerc. Marion a repris le programme de recherche sur l'écologie de la santé, et plus précisément l'étude des dynamiques des pathogènes et de leurs interactions entre humains et animaux sauvages et domestiques dans les zones humides méditerranéennes ; une thématique en plein essor, sur laquelle la Tour du Valat est impliquée et entretient de fructueux partenariats avec d'autres structures de recherche depuis 10 ans (voir son CV).

Jocelyn Champagnon, Delphine Nicolas et Marion Vittecoq

 

En février 2015 c'est  Jocelyn Champagnon qui a rejoint la même équipe. Jocelyn avait également effectué sa thèse de doctorat à la Tour du Valat en collaboration avec le CNERA Avifaune migratrice de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) hébergé à la Tour du Valat, et le Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE-CNRS) de Montpellier, sur les "Conséquences des introductions d'individus dans les populations exploitées: l'exemple du Canard colvert Anas platyrhynchos" (voir son CV). Jocelyn, quant à lui, poursuit le programme des suivis à long-terme des espèces, et notamment des  oiseaux, et plus généralement l'étude de l'écologie et de la dynamique des populations de vertébrés. Une thématique pour laquelle la Tour du Valat dispose d'une expérience longue de plusieurs décennies, ainsi que d'une très importante quantité de données.

Delphine Nicolas, enfin, a pris ses fonctions début décembre 2015, en remplacement prévu d'Alain Crivelli qui partira bientôt à la retraite après une carrière de plusieurs décennies à la Tour du Valat. Delphine assurera les fonctions de chargée de recherche en biologie de la conservation des espèces de poissons non marins. Formée en océanographie à l’Université d’Aix-Marseille, elle a étudié l’influence de l’environnement sur les assemblages de poissons à larges échelles, aussi bien en eaux salées (post-doc sur la distribution spatio-temporelle de la morue en Mer du Nord à Plymouth, Royaume-Uni), qu'en eaux estuariennes (doctorat sur les poissons estuariens européens à l'Irstea de Bordeaux à lire ici) ou qu’en eaux douces (postdoc sur l’effet des altérations hydromorphologiques sur les poissons dans les systèmes lacustres français à l'Irstea d'Aix-en-Provence). Dans la continuité des travaux d’Alain Crivelli et dans un premier temps, Delphine poursuivra les suivis à long-terme concernant l’Anguille européenne et le Silure en Camargue, ainsi que les truites en Slovénie.  

Tous trois situent leur travail à cette interface fertile entre science de pointe et conservation effective sur le terrain, et permettent à la Tour du Valat de se développer en explorant des champs émergents et en consolidant ses domaines d'expertise historique.

Contacts :

Marion Vittecoq (e-mail)

Jocelyn Champagnon (e-mail)

Delphine Nicolas (e-mail)