Actu 2 : 2015, une année faste pour les flamants roses en Camargue

2015 aura été une année particulièrement remarquable pour les flamants roses en Camargue, et ce aussi bien pour la reproduction de l’espèce que pour le projet de recherche que la Tour du Valat leur consacre depuis plusieurs décennies.

Après avoir niché à Aigues-Mortes en 2014, les flamants sont revenus sur leur îlot traditionnel de l’étang du Fangassier en 2015 avec plus de 14 000 couples dénombrés et plus de 7000 poussins à l’envol à la fin août. Les précipitations hivernales et printanières abondantes, associées à des aménagements appropriés, ont permis de dissuader les prédateurs terrestres et expliquent cette reproduction remarquable qui se compare aux excellentes années datant d’avant la renaturation du site. Rappelons en effet que depuis le rachat en 2008 par le Conservatoire du littoral de 6500 hectares d'anciens salins situés à l'extrême sud de la Camargue (voir la page Facebook du projet), la mise en eau de l'étang du Fangassier n'était plus assurée par pompage artificiel, rendant ainsi le succès de reproduction de la colonie de flamants très dépendante des conditions météorologiques printanières. Un total de 780 poussins a été bagué le 29 juillet.

Les équipes réunies pour le baguage "flamants" sur l'ilôt du Fangassier le 29 juillet 2015 (© Lionel Roux)

À l'automne dernier, des travaux importants et prévus depuis plusieurs années ont pu être finalisés sur ce même étang du Fangassier, dans le cadre du projet européen LIFE+ MCSalt sur la gestion des étangs et marais des salins de Camargue. Un nouvel îlot a ainsi été aménagé sur la digue centrale séparant les deux étangs du Fangassier 1 et du Fangassier 2, qui permettra désormais d'assurer la plupart des années des niveaux d'eau suffisants autour de la colonie de flamants afin de la protéger des éventuels prédateurs (renards et sangliers principalement).

Travaux de création du nouvel îlot flamants sur l'étang du Fangassier en septembre 2015 (© A. Arnaud / Tour du Valat)

Enfin, un chantier collectif a réuni le 3 décembre sur ce nouvel îlot plusieurs dizaines de personnes issues des structures environnementalistes camarguaises (Tour du Valat, Parc naturel régional de Camargue, Réserve Naturelle Nationale de Camargue, Conservatoire du littoral, etc), dans une ambiance très conviviale. Le but largement atteint était de construire à la main et à partir de matériaux locaux (terre et glaise) plusieurs centaines de nids pour les futurs flamants nicheurs afin de les attirer sur ce nouvel îlot ; un simple « appât » puisque la colonie, qui compte usuellement entre 5000 et 10 000 couples, se chargera de la construction de la grande majorité des nouveaux nids qui resserviront ensuite d'année en année.

Les volontaires à l'oeuvre pour la fabrication des "faux nids" sur le nouvel îlot des flamants, le 3 décembre 2015 (© Jean Roché)

 


L'équipe au grand complet après une dure journée de labeur ! (© Jean Roché)

 

Au final donc une excellente année pour les flamants roses camarguais, alors que des mauvaises conditions avaient empêché leur nidification sur l'étang du Fangassier en 2014.  Preuve s'il en était encore besoin de l'exemplarité de ce programme de conservation, qui fait de la Camargue depuis plusieurs décennies un des sites-clés pour l'espèce à l'échelle de sa très vaste aire de répartition qui, centrée sur la Méditerranée, s'étend jusqu'à l'Afrique australe et à l'Inde.

Reste maintenant à attendre, avec suspense, que les flamants adoptent à partir de mars 2016 leur nouvel habitat !

Sachez par ailleurs qu'il vous est toujours possible de parrainer un flamant rose de la colonie du Fangassier, et d'en suivre ensuite les déplacements autour de la Méditerranée ; pour cela rendez-vous sur le site internet de la Tour du Valat (voir le lien ci-contre) !

 

Contact : Arnaud Béchet, chef de projet "Flamants" à la Tour du Valat (e-mail)

En savoir plus :

Le projet de conservation des flamants roses de la Tour du Valat (cliquer ici)